Accueil > Calendrier > Fêtes annuelles > Fête du Vat Phou

Fête du Vat Phou

Fin janvier ou février, selon le calendrier lunaire

Durant 3 jours et plus particulièrement le 15ème jour de la lune croissante du 3ème mois (Janvier-Février, coïncidant avec la fête bouddhiste du Makha Busa), la ville de Champassak se remplit de Laotiens venus des 4 coins du pays pour célébrer dans un des lieux les plus sacrés une des plus grosses fêtes du Laos.

Des processions, récitations, chants liturgiques ont lieux pendant les trois jours que dure la fête. Des courses de pirogues, un jeu "attrape-canards" ; du volley ball et des concours de pétanques agrémentent le festival, des combats de buffles et de coqs, des danses s’y déroulent. Les autorités locales s’efforcent de maintenir certaines traditions et de conserver le caractère sacré du lieu. Les attractions diverses ainsi que des concerts en soirée viennent ajouter une note profane (voir un exemple du déroulement des festivités 2011 ci-dessous).

Cette fête commémore un discours donné par Bouddha, dans lequel il établit les premières lois concernant les moines et prédit sa propre mort.

Un peu comme la Mecque pour les musulmans, le Vat Phou est une célébration à laquelle les Laotiens aspirent à assister au moins une fois dans leur vie. Ainsi, chaque année, ils sont par milliers à faire le déplacement.

Situé sur les versants du mont Phu Phasak, lieu sacré pour les autochtones animistes avant même sa construction, Vat Phou, classé Unesco depuis 2001, est le site archéologique le plus important du Laos. Erigé sous le règne du Chenla (VI-VIIe siècle) jusqu’à la période d’Angkor (IX-XIIIe siècle), il est le berceau de la civilisation Khmer. Ce sanctuaire était dédié à Shiva, Brahmâ, Vishnou. Certes bien plus petit que Angkor il abrite néanmoins de belles et étonnantes sculptures. Il est devenu un site Bouddhiste au XVIe siècle. Un temple Hindouiste le jouxtant construit à la même époque, lui, était dédié à la déesse Sida.

On ira voir la source d’eau, située en haut des édifices, dont les gouttières la reliait au reste du temple.

Le "rocher des éléphants", sur la droite des bâtiments les plus hauts placés, aurait eu historiquement 3 têtes d’éléphant gravées mais on en distingue plus qu’une, très érodée.

Historiquement, le temple est construit hindouiste (les sacrifices humains étaient alors pratique courante) et ce n’est que des siècles plus tard, sous une influence Khmer qui s’est appropriée le Bouddhisme en en faisant une langue nationale,k que le Wat Phou se transforma en temple Bouddhiste.

Documents joints



Dans la même rubrique