Accueil > La ville > Histoire de la ville > Vientiane, capitale du royaume

Vientiane, capitale du royaume

Vientiane Capitale

C’est en 1520 que Photithisarat décida de transférer les centres politiques et administratifs du royaume à Wieng Chan (Vientiane), inquiété par la possibilité d’une invasion birmane. 25 ans plus tard, en 1545, le Pha Bang est transporté à Vientiane, dans le plus grand temple du Laos spécialement construit pour recevoir la statuette sainte : le That Luang. En 1563, la capitale administrative du Laos est transférée à Vientiane. Et la ville de Xieng Dont-Xieng Tong prenait le nom de Luang Prabang.

40 ans plus tard, la ville faisait sécession, et devenait capitale du Royaume de Luang Prabang, royaume indépendant. Luang Prabang ne fut donc, dans les faits, capitale du Laos que durant 170 ans mais conservera historiquement une ascendance dans la vie politique du pays (coexisteront d’ailleurs longtemps plusieurs rois au Laos : celui de Wieng Chan, celui de Champassak et celui de Luang Prabang, parfois amis, parfois ennemis !). Luang Prabang conserva par contre le statut de capitale formelle puisque les rois qui se succédèrent eurent un pouvoir qu’aucun ne pouvait contester.

Le petit royaume menacé

Malgré son passé glorieux, la ville ne pu échapper à deux siècles d’oppression au XVIII et XIXème, venue des birmans, des siamois et des vietnamiens, qui s’arrogeront tour à tour la protection du royaume en contrepartie de rétributions élevées. La ville sera sans cesse menacée, parfois envahie, et même particulièrement touchée à plusieurs reprises :

  • en 1479, par Thais Noirs…
  • en 1525, par les annamites…
  • en 1764, par les Birmans d’Alaungra et Luang Prabang fut partiellement réduite en cendre…
  • en 1887, avec l’attaque des Pavillons Noirs Ho venus de Chine…

En 1893, ce sera l’heure pour le royaume de Luang Prabang d’accepter le protectorat français (tandis que les autres royaumes de Vientiane au centre et de Champassak au sud furent considérés comme des colonies à part entière), mettant fin à une période d’extrême instabilité, et à la présence militaire du Siam envoyée là suite à la terrible attaque des Chinois.