Agenda
Accueil > Le Laos > Introduction > Introduction

Introduction

Dans ce pays très pauvre, force est de constater que personne ne meurt de faim, que la plupart des familles arrivent non seulement à subvenir à ses besoins, mais encore à réserver une bonne part de leurs maigres revenus aux petits plaisirs futiles qui rendent la vie agréable. Le Laos est le pays du sourire, où règnent calme et sérénité, d’où s’émane une sorte d’aura, d’énergie revigorante. Les laotiens disent que ce karma spécifique au Laos est né avec le Laos, voilà des siècles et des siècles.

Le Laos est né en tant que tel au XIVème siècle de notre ère, avec l’avènement du royaume "du million d’éléphants et du parasol blanc" de Fa Ngum. Le pays acquière son indépendance en 1954, mais ne trouvera sa stabilité politique que 30 ans plus tard en épousant le régime communiste, sous la pression notamment du Viêt-Nam.

Siège d’un royaume (voire de plusieurs royaumes, comme ce fut finalement le cas pour la majeure partie de l’histoire Lao), le Laos a su développer longtemps le commerce, les arts. Sous l’influence Khmer, le pays adoptera une extension du Bouddhisme dans sa forme la plus primitive, celle du Theravada ou Petit Véhicule. Cette disposition à l’endroit du Bouddhisme continue aujourd’hui d’être présente dans la vie quotidienne des laotiens, même si on y trouve beaucoup d’allusion à l’animisme et au culte des ancêtres.

Les laotiens sont plutôt d’un caractère facile, souriant, et avenant, préfèrent très largement prendre le temps car il est dans leur mode de vie de savourer l’instant, de ne pas penser trop au futur. Globalement, le laotien a une très nette tendance à repousser à demain ce qui peut l’être sans trop d’inconvénient, ce qui donne incontestablement au pays un charme exceptionnel, bien loin de l’agitation vietnamienne ou même thaïlandaise.

Malgré les années de protectorat français (qui s’est terminé au milieu des années 50), malgré les intenses bombardements subis par les laotiens les années suivantes (durant la guerre du Viêt-Nam) et les intrigues nouées par les grandes puissance occidentales et dont sera victime le pays, les laotiens ne gardent manifestement pas de traces d’animosité vis-à-vis des farangs (les étrangers).

Le pays est ouvert au tourisme depuis quelques années, mais il faudra attendre les années 2000 pour que le voyageur puisse librement se rendre dans toutes les régions, même les plus reculées (à ses risques et périls). Il est magnifique par ses grandes étendues vierges qui abritent une végétation dense, de très nombreux animaux (on trouverait encore des tigres et des éléphants sauvages). Les très nombreuses ethnies continuent de vivre selon leurs traditions ancestrales.

Le Laos est un pays authentique grâce au développement contrôlé par les communistes, qui, par leur pouvoir centralisé, n’ont pas permis au pays de croître anarchiquement comme c’est le cas depuis quelques dizaines d’années dans certains pays émergents d’Asie.