Le ballet du théatre royal

A voir les lundis, mercredis, vendredis et samedis.

En 2002 a été créé le "Royal Ballet Theatre", en coopération avec "the Institute of Cultural Research" dans le but de préserver le patrimoine culturel Lao. Depuis, il est épaulé par d’autres organisations, comme l’organisation Internationale de la Francophonie ou encore le Bureau Régional Asie-Pacifique.

Dans les jardins de l’ancien palais royal aujourd’hui musée national, danseurs et musiciens (une soixantaine d’artistes en tout) refont vivre 9 épisodes du Ramayana ou "Pharak Pharam", en version laotienne : les noms des lieux, des personnages changent donc :

  • Sītā, avatars de Lakshmi, symbole de la nature, compagne de Vishnu, épouse de Rāma symbole de la culture, devient Nang Sida.
  • Râvana, le démon aux dix têtes et aux vingt bras, gouverne les Rakshasa sur l’île de Lanka, actuelle Sri Lanka, ennemi de Rāma, qui enlèvera Sītā devient Hapkhanasouane.
  • Laksmana, frère cadet de Rāma, l’accompagne dans son exil, deviendra Phra Lak.
  • Hanouman, le dieu singe, fidèle de Rāma qui l’aidera à retrouver Sītā deviendra Houlaman.

Le spectacle commence aux alentours de 6h du soir, et dure environ 2 heures.

Résumé de la pièce (tiré du site Argitato)

Premier épisode 1

Il est question ici, au milieu de la grandeur des dieux et de la grandeur des lieux, de l’impuissance. Plus que de force et de super pouvoir. Les petits se prennent pour des géants et les dieux se font avoir par les hommes.

L’impuissance règne dans tout le premier épisode de notre Phra Lak Phra Lam. De l’impuissance qu’a le géant à maîtriser sa force devant un lézard si menu, faible et pacifique. L’impuissance du dieu à reconstruire lui-même son temple et sa montagne. L’impuissance du candidat à la reconstruction qui ne peut rien sans l’aide du dieu lui-même. L’impuissance du dieu enfin et encore devant le choix diabolique du candidat qui vient lui prendre sa femme.

Le pèlerinage du géant Virayou au temple Phra In, dieu de la richesse et Roi des dieux, qui se situe au sommet du Mont Meru, lieu haut de 450 000 kilomètres, composé de cinq pics, domaine des dieux. Le géant émerveillé par la beauté du site, se met à prier devant chaque sommet. L’évocation d’une telle splendeur est mal interprétée par un lézard qui pense que de telles louanges lui sont adressées. Gonflé par de si beaux compliments, il interrompt la prière de notre géant ; ce qui a pour conséquence funeste de le mettre dans une énorme colère. En lançant son collier magique, il le rate, mais détruit le temple et le sommet de la montagne. Dépité et honteux, il préfère toutefois fuir plutôt que d’affronter la vengeance impitoyable de Phra In.Ballet Royal Phralak Phralam Luang Prabang Artgitato 4 Celui-ci, en arrivant sur les lieux et en observant un tel désastre, appelle le général Chitabouth. Une récompense sera offerte à quiconque reconstruira le sommet de la montagne et son temple.

C’est Thotsakan qui se présente, motivé par la récompense de pouvoir exaucer le plus fou ses désirs. Après de nombreux échecs, Phra In lui conseille alors de s’aider des divinités représentants les quatre points cardinaux. Avec ce conseil et les prières qui s’ensuivirent, la reconstruction se réalise.

Il choisit alors pour récompense la femme-même de Phra In, Nang Uma. Malgré les propositions de quatre magnifiques Apsaras, nymphes célestes d’une grande beauté, celles qui glissent sur l’eau et qui sont naît du barattage de la Mer de lait », Thosakan reste sur son choix initial au grand désarroi de Phra In.

Deuxième épisode

Le second épisode marque encore la faiblesse de nos dieux. Nous avons les deux frères héros de notre épopée, Phra Lak et Phra Lam qui n’est autre que Rāma lui-même avec en prime Nang Sida, le symbole même de la culture qui oublie qu’elle détient une bague d’invincibilité. Les trois sont émerveillés par un cerf en or et s’éparpillent dans la forêt obscure. Le champ est libre pour les deux frères machiavéliques que sont Thotsakan et Malit. Plus malins que les deux premiers, ils captureront Nang Sida.

Le bouillant et truculent Thotsakan, non content d’avoir subtilisé Nang Uma au dieu Phra In, s’entiche de posséder désormais Nang Sida. Il en parle à son frère Malit et évoque le souhait de l’enlever dans la forêt qui jouxte le domaine de Phralam. Bien entendu, c’est son frère qui s’y colle.

Nous voilà dans la forêt. Malit qui aperçoit un groupe formé de Phralam, Phralak et de Nang Sida, se transforme en un cerf d’or éclatant. Nang Sida est émerveillée par tant de beauté et de grâce qu’elle demande à Phralam de le capturer. Phralam en essayant de le prendre s’enfonce dans la forêt et s’écarte des deux autres.

Un cri inquiétant brise le silence de la forêt, qui inquiète Nang Sida qui pense qu’il s’agit sûrement de Phralam. Avant de la quitter pour porter secours à Phralam, Phralak trace un cercle autour de Nang Sida pour éloigner les mauvais esprits et la protéger. Nang Sida le rassure en lui affirmant qu’elle ne sortira pas du cercle et qu’elle attendra son retour.

Troisième épisode

Phra Lam n’arrive toujours pas à retrouver la belle princesse Nang Sida.
Les troupes de singes menées par le brave et valeureux Hanoumân n’arrive pas à atteindre Lanka. Le vieux et sage oiseau bleu rate inlassablement les singes qu’il essaie d’attraper. Il s’agit d’un ratage généralisé. Et notre Thotsakan, pendant ce temps, profite de son île et de la présence de Nang Sida.

Depuis plusieurs mois la princesse Nang Sida a été enlevée par Thotsakan et reste introuvable. Phra Lam demande à Hanoumân et son armée de singe de partir sur l’île de Lanka où elle se trouve captive.

La mer empêche les troupes de continuer et ils se retrouvent dans l’obligation de se reposer dans l’île de l’oiseau rouge, Samphathy, frère de l’oiseau bleu de l’épisode précédent, Sadayou. L’oiseau qui voit son espace envahit attaque les singes, mais fait face aux généraux de, Ongkhot et Somphouphanh. Cependant, Hanoumân cherche à négocier avec l’oiseau rouge en lui contant l’histoire de son frère tué des mains de Thotsakan.

Malgré son grand âge de 60.000 ans, Samphathy accepte pour venger son frère de le guider par les airs sur l’île de Lanka afin d’y retrouver Nang Sida.

Prix de l’entrée
10 USD pour les places normales à 20 USD pour les places plus confortables

Le spectacle à lieu tous les lundi, mercredi, vendredi et samedi de la semaine à 18h00 en haute saison (octobre à mars) et 18h30 en basse saison (mars à septembre).

Portfolio

* Champs obligatoires