Les graines : de la plante à l’artisanat

Une exposition TAEC

Texte du site TAEC, traduit par GOOGLE

Nous sommes honorés de travailler avec le Dr Yukino Ochiai, ethnobotaniste et professeur à l’Université Ryukoku de Kyoto, en tant que commissaire invité pour cette exposition spéciale explorant l’importance de la nature pour la culture. Depuis plus de 15 ans, la Dre Ochiai concentre ses recherches sur les larmes de l’usine de graminées (Coix), ou mak dueay, amassant une collection inégalée d’objets représentant les graines de la plante. Cette exposition s’inspire des recherches sur le terrain du Dr Ochiai au Laos, en Thaïlande et au Myanmar pour montrer que les plantes sauvages et domestiquées des larmes de Job sont utilisées comme aliments, médicaments et perles par des groupes ethniques appartenant à différentes catégories linguistiques. En outre, cette exposition spéciale donne un aperçu des vêtements et des modes de vie changeants des minorités ethniques de la région, y compris les Akha, Chin, Karen, Jinghpaw et Palaung. En particulier, les perles de rocaille ont été utilisées pour la décoration de costumes dans des combinaisons belles et frappantes. Sur l’affichage sont des artefacts inhabituels, y compris une coiffe de menton qui utilise des piquants de porc-épic et de magnifiques colliers de 14 pays différents en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud.

« En affichant tout le processus des plantes vivantes, des graines et des objets de cette exposition, j’espère partager une idée avec les visiteurs du TAEC ; comment la culture matérielle est basée sur la diversité végétale et l’environnement ", a déclaré le Dr Ochiai.

Les visiteurs ont droit à une expérience visuellement époustouflante leur permettant d’explorer le rôle significatif de l’environnement dans la vie quotidienne des communautés ethniques rurales. En outre, avec l’ajout de coins de découverte, d’un vaste centre d’activités et d’un jardin ethnobotanique, le musée est parfait pour les enfants et les adultes.

Tara Gujadhur, co-directrice du TAEC, a déclaré : « Dans le passé, les groupes ethniques rassemblaient différents types de matériaux naturels provenant des forêts et des champs, notamment du coton, des colorants végétaux et les graines des larmes de Job. De nos jours, ces matériaux naturels sont remplacés par ceux des marchés, tels que les textiles fabriqués à la machine, les colorants chimiques et les fibres synthétiques. Ce n’est là qu’un indicateur des bouleversements que subissent ces communautés - la réinstallation des villages, la dépendance à l’égard d’une économie de marché et l’érosion des pratiques et coutumes culturelles. Nous sommes impatients de faire la lumière sur ces questions à travers cette exposition. "

Nous remercions le professeur William Klausner, la Fondation EXO, et Saffron Coffee pour leur généreux soutien à l’exposition.

Prochaines dates d'événement :
2016/09/01

Portfolio

* Champs obligatoires